Pour aborder l’écologie par la bande de la côte qui chatouille, ce bouquin devrait être le bon remède. (Yozonze)



Suite des neuf Nouvelles vertes parues en 2005, ces Nouvelles Re-Vertes, au nombre de treize, ont un ton légèrement différent. Alors que les précédentes adoptaient le style de la science-fiction menaçante, en imaginant des avenirs apocalyptiques, nous restons ici majoritairement dans le présent, et il est optimiste. En effet, les hommes ont enfin pris conscience de l’importance de préserver la planète, et pratiquent au quotidien des gestes écologiques, quitte à trop en faire (Le calendrier, Géant vert). L’humour est souvent grinçant, comme dans Maison verte où l’enfant, après avoir accompli toutes ses tâches « écolos », voit son père, employé dans une centrale nucléaire, arriver dans le jardin en scintillant… D’autres histoires choisissent le réalisme social : La digue, la fin de la faim ? mettent en avant l’inégalité entre riches et pauvres face aux bouleversements climatiques. Ma préférée est sans conteste Trois petits cochons de Colin Thibert, réécriture du conte dans un contexte moderne. Les treize auteurs s’emparent du sujet avec leur sensibilité propre, en faisant rire ou en émouvant, mais toujours en marquant durablement. Et on rêve à des Nouvelles Re-re-vertes qui n’auraient plus rien de fantastiques… (Ricochet, Sophie Pilaire)



En 2005 paraissaient les Nouvelles vertes, et neuf auteurs tiraient la sonnette d’alarme pour une prise de conscience écologique, face à l’avenir inquiétant qui menace notre planète bleue. En voilà treize autres qui renouvellent l’exercice dans ces Nouvelles re-vertes. Le paysage dessiné est panoramique, dans des déclinaisons de verts tous différents. Entre rires, apitoiements et frayeurs, l’éventail est utile, et ne peut que forcer la réflexion à propos de ce qui nous attend. « On ne vient pas du futur ; on l’invente, on choisit sa vie et sa Terre de demain », nous très justement dit Denis Cheissoux qui signe ici la préface de ce recueil.
Christophe Léon montrait un monde d’un noir intense dans son Noces d’airain. Avec Ella, c’est une autre couleur qu’il offre, celle de l’espérance : comment planter une petite graine, puis une autre, et une autre encore, dans des esprits au départ réfractaires, et comment améliorer progressivement le monde autour de soi… Une belle histoire, propre à nous réconcilier avec le genre humain. (Culturofil)


Octobre 2005, Nouvelles vertes : 9 nouvelles écologiques sonnaient l’alerte, nous faisaient un portrait peu engageant de la planète plus très bleue. Novembre 2008, Nouvelles re-vertes ! Cette fois, ils se sont mis à 13 pour nous faire un tableau utopique, ironique, de cette même planète, des solutions qui existent pour transformer notre vie, notre agriculture...
L’homme a le choix de son avenir… Et si le miracle n’est pas pour demain, l’humour est une constante de ces nouvelles. ()



Christophe Léon montrait un monde d’un noir intense dans son Noces d’airain. Avec Ella, c’est une autre couleur qu’il offre, celle de l’espérance : comment planter une petite graine, puis une autre, et une autre encore, dans des esprits au départ réfractaires, et comment améliorer progressivement le monde autour de soi… Une belle histoire, propre à nous réconcilier avec le genre humain. (Pages à Pages)



J'ai pioché ce livre sur la table des nouvelles acquisitions de la médiathèque. Des nouvelles courtes, variées même si elles ont pour thème commun l'avenir de la planète devenue sensible aux questions écologiques... Rapide et agréable à lire. Il est classé chez l'éditeur dans la catégorie livre pour adolescent... Mais tout adulte soucieux de l'avenir de la terre pourrait (devrait ?) le lire. (Le blog de Véronique D)

Continuación de las nueve Nouvelles vertes editadas en 2005, estas trece Nouvelles Re-Vertes tienen un tono ligeramente diferente. 13 cuentos breves llenos de humor y optimismo: finalmente el género humano ha tomado conciencia de la importancia de preservar el planeta y han incorporado a sus vidas prácticas ecológicas. (Ecologia y Desarrollo)


Un recueil de nouvelles teintées d’optimisme et d’humour sur l’avenir de la planète. Extrémisme écologiste, anticipation ou preuves d’humanité rythment ces textes inégaux. Une entrée en matière fort à propos pour aborder ou sensibiliser des élèves aux responsabilités liées à l’environnement. (CRDP Paris)



12 nouvelles. Constats actuels ou visions futures, pessimisme larvé ou graines d’espoir, 13 auteurs questionnent le rapport des hommes à la planète terre. Jean-Noël Blanc pointe les paradoxes de l’écologie, Yann Mens décrit les drames humains engendrés par les transformations du climat, Colin Thibert revisite le conte des 3 petits cochons…
Gageons que ces nouvelles, aux ambiances très différentes, toucheront adolescents et adultes, pour une prise de conscience accrue. (Croqu'Livre)



Treize nouvelles qui nous peignent un tableau utopique et ironique de la  planète. L’Homme a le choix de son avenir… Et si le miracle n’est pas pour demain, l’humour est une constante de ces nouvelles. (Le carnet de Madrid)



Sensible aux potagers, ainsi qu’à la solidarité humaine et urbaine, je suis très touchée par la nouvelle “Ella” de Christophe Léon.  (Forence Thinard)